Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

      L'antique Tubusuptu


    La région d'El Kseur abrite deux sites historiques exceptionnels : la ville antique de Tubusuctu (Tiklat), et la citadelle médiévale de Temzizdekt (Lassouar).
Le site de Tubusuctu, aujourd'hui Tiklat, à 03 km de la commune d'El Kseur, fut choisi pour y installer des vétérans de la septième légion. En effet, cette cité romaine fut chef lieu d'un district militaire sous le bas Empire,probablement dans la seconde moitié du Vème siècle. Des amphores retrouvés en Italie(Rome, Ostie, Préneste et Alba Fucens), en Maurétanie Tinginitaine (Basana, Thamusida, Sala et Volubilis) ainsi qu'au lointain pays des Kouch (Méroë en Nubie, actuel Soudan) portent les marques des ateliers de Tubusuctu.Une importante série épigraphique (plus de 200 inscriptions retrouvées) permet de se faire une bonne idée de la société à l'époque romaine, comme la religion romaine, et l'administration romaine qui était d'origine de Tubusuptu. On y vénérait divers dieux africains, parmi lequels Saturne occupait la première place.
    Le christianisme s'est développé vers le IVème siècle. On connaît deux évêques de la ville au Vème siècle : en 411, Florentinus, episcopus a Tubusuptu, donatiste, et en 484, Maximus, ep, Thugusubditanus, catholique. En 455, Tubusuptu fut, avec Saldae, l'une des villes les plus occidentales du royaume vandal. Elle passa dans le domaine Byzantin vers 533.
    L'arrivée de l'Islam, vers 700, et la conversion rapide des Kotamas changea encore la donne. Au Moyen-Age, la ville ruinée perdit son nom pour prendre celui de Tiklat, féminin ou pluriel du berère El Qalâa (la ou les forteresse(s)). Sous les Hammadites, Tiklat reprit une réelle importance stratégique comme étape entre leur nouvelle capitale et la Qalâa des Beni Hammad (près de M'sila).


    Le célèbre géographe Al-Idrissi dcrit la cité vers le milieu du 12 siècle comme suit : Hisn Tiklat est une place forte située sur une hauteur qui domine les bords de la rivière de Bedjaïa; c'est un lieu de marché. On y trouve des fruits ainsi que de la viande en abondance. Elle renferme plusieurs beaux édifices, des jardins et des vergers appartenant en majeure partie à Yahia Ben El Ghadir.
    En 1327, voulant bloquer Bejaïa alors tenue par les Hafsides, l'Abdelwadide Abou tachfin fonda à proximité une ville citadelle, Temzizdekt. Elle fut réoccupée en 1509-1511 pour assiéger Bougie (tombée alors aux mans des espagnols). Après la révolte de 1971, les autorités françaises confisquèrent les terres de plaines aux tribus des environs. En 1872, elles établirent à 4km au nord du site antique, un village de colonisation nommé El Kseur.
  Citernes d'El Arouia et Aqueducs
    C'est probablement vers la fn du IIème siècle

que la ville fut munie de pas moins de deux aqueducs de 7km et 11km de long environ, sitiés de part et d'autre de la Soummam. Grâce à ces aqueducs construits, Tubusuptu fut alimentée en abondante d'eau et permit de se doter de grands thermes qui y occupent une place très importante, tant par leur superficie que par la hauteur des vestiges conservés (jusqu'à 15m au dessus du sol actuel, 20 mètres au dessus du niveau des mosaïques). La construction est constituée à peu près exclusivement de blocages et de briques, sans pierre de taille, à l'exception de quelques points précis.



Pour réserver ce circuit, veuillez cliquer ici.
Pour toute information concernant ce circuit, veuiller nous contacter ici.

Retour